mardi 27 juin 2017

"Maïmouna, la petite Sénégalaise" de Jean-Claude Lumet

Je remercie Ella Editions de m'avoir transmis "Maïmouna, la petite Sénégalaise" de Jean-Claude Lumet et illustré par Noël Kapoudjian.

***

Titre : "Maïmouna, la petite Sénégalaise"
Auteur : Jean-Claude Lumet
Illustrateur : Noël Kapoudjian
Genre : Album jeunesse
Editeur : Ella Editions
Parution : 2015 / 24 pages
ISBN : 978-2368031001


Ce qu'en dit l'éditeur : --
Jean-Claude Lumet écrit du trhéâtre, des contes, des fables, des romans de suspen,se et d'humour.
Son personnage emblématique, Willian Poire, a déclanché le rire de dizaine de milliers de lecteurs devenus des inconditionnels de ce héros-catastrophe. Le Sénégal, qu'il connaît bien et où il a vécu et enseigné, lui a inspiré William Poire 5... Au Sénégal et l'émouvant histoire illustrée Maïmouna, la petite Sénégalaise.

Noël Kapoudjian est un musicien (compositeur et batteur) et peintre de renommée internationale.


Avis : Cette histoire s'adresse à un jeune public (primaire). L'histoire est simple, c'est celle de Maïmouna, la petite Sénégalaise, habitante de l'île de Gorée (face à Dakar).
Au fil des pages, tout en découvrant ses secrets, nous apprenons à connaître l'histoire de la traite des esclaves ou la place du baobab pour le Sénégal.

Les dessins sont chauds et colorés, et s'associent bien au pays.

Un livre agréable à lire et regarder, pour voyager.


mardi 20 juin 2017

"Brooklyn Paradis - Saison 2" de Chris Simon

J'ai déjà chroniqué plusieurs livres de Chris Simon : "Lacan et la boîte de mouchoirs - Saison 1", "Memorial Tour" et "Brooklyn Paradis - Saison 1". Je l'avais également interviewé sur mon site pro. A ces quelques phrases, il est évbident que c'est une auteur dont j'apprécie la plume. Je la remercie de m'avoir transmis "Brooklyn Paradis - Saison 2".

Pour info, la saison 2 est en promo du 7 au 25 juin : 0,99 au lieu de 3,99 en numérique ! Profitez-en ! :)
Pour vous le procurer, c'est ICI : http://chrisimon.com/book/brooklyn-paradis-saison-2/

***


Titre : "Brooklyn Paradis - Saison 2"
Auteur : Chris Simon
Genre : roman policier, thriller
Editeur : Indépendant
Parution : 2017 / 160 pages
ISBN : 979-1092982350


Ce qu'en dit l'éditeur : Vous si vous étiez riches, seriez-vous des bons riches ? Courtney Burden a tout : un riche et beau mari, Jeb ; deux magnifiques enfants, Cameron et Sawyer ; un métier créatif et une brownstone de trois étages à Brooklyn, New York, là où tout le monde veut vivre. Alors pourquoi chine t-elle dans les rues ? A-t-elle un problème ? Est-elle cinglée ? Non, juste une chineuse compulsive qui adopte les objets pour se rassurer…
Avait-elle besoin de ramasser ce canapé au petit matin au bord du fleuve et de le ramener chez elle ? Non, mais elle le croyait abandonné sur ce parking paumé. Sauf qu’il ne l’était pas. Et qu’il appartient à des gars pas cool du tout, qui tiennent à leurs affaires… Et que ces gars, super vénères, vont tout faire pour le récupérer. Et ça, c’est le début de la fin pour Courtney et les siens.

Cocaïne, gangsters, argent et sexe : les meilleurs ingrédients pour faire exploser une famille modèle. Il y a une bonne dose d’humour aussi… pour sauver les meubles.

"Tarantino pour la nitro, Almodovar pr la glycérine" AA
"La rencontre des deux mondes est très drôle. Certaines scènes sont à mourir de rire, Mais attention, Brooklyn Paradi$ est bel et bien un thriller, voir même de la catégorie des Pulp Fiction, remis aux goûts du jour par le travail de Quentin Tarantino." Tomabooks
Ce livre est la deuxième saison de la série, Saison 3 prévue en novembre 2017.
 

Avis : Dès que j'avais terminé de lire la saison 1, j'avais hâte de connaître la suite. Il m'a fallu attendre un peu et c'est avec plaisir que j'ai retrouvé les différents personnages.
Il y a juste la babysitter que j'ai eu du mal à resituer lorsqu'elle est de nouveau apparue au cours de l'histoire. Tous les autres, je les ai retrouvés comme si j'avais refermé le livre hier.

Cette série étant addictive, la saison se lit comme la précédente, d'une traite.
Tout en restant drôle, l'histoire n'occulte pas le côté sombre des gangs de la drogue et peut amener à réfléchir (après, parce que pendant la lecture, on est trop pris par l'histoire)

Récemment, j'ai rencontré un canapé en cuir, abandonné sur mon trottoir... Je peux vous dire que mon imagination s'est enflammée ! Je m'y serai presque allongée dessus en attendant que quelqu'un vienne m'aider à l'emporter... Quoique...

Bref, une lecture agréable qui donne envie de connaître la suite (allez, novembre, ce n'est pas bien loin)


lundi 12 juin 2017

"Le bleu entre le ciel et la mer" de Susan Abulhawa

Le temps passe et voici venu l'avant-dernier rendez-vous du club de lecture. Ma librairie nous a fait découvrir, pour l'occasion, "Le bleu entre le ciel et la terre" de Susan Abullhawa.

***

Titre : "Le bleu entre le ciel et la mer"
Auteur : Susan Abulhawa
Traducteur : Nordine Haddad
Genre : Roman historique, récit
Editeur : Pocket
Parution : 2017 / 416 pages
ISBN : 978-2266271530


Ce qu'en dit l'éditeur : 1947. Au commencement, il y avait Beit Daras en Palestine, un village semé d'oliviers et peuplé d'abeilles bourdonnantes. C'est là qu'habitait la famille Baraka. Mais l'armée est arrivée. Et les Baraka ont dû gagner Gaza et commencer une vie d'exil.
Seize ans plus tard, Nour, l'une des descendantes, vit aux États-Unis. Tombée amoureuse d'un médecin qui travaille en Palestine, elle décide de l'y suivre. Un voyage au cours duquel elle découvre que les liens du sang résistent à toutes les séparations. Les rires du clan Baraka résonnent encore sur les décombres, à faire frémir les oliviers...

"Ce roman est une histoire de femmes, une histoire de déracinement, de séparation et de peines de cœur, une histoire de famille, de renouveau, de persévérance et d'amour." Ouest France


Avis : Ce livre est un véritable voyage dans Gaza.
Le style est fluide et permet une lecture agréable.
Il est surprenant, et intéressant, de découvrir un point de vue palestinien sur ce conflit.

Nous suivons l'histoire d'une famille sur quelques générations. Les femmes y ont un rôle primordial. La famille et la culture ont une place de choix.
Les personnages principaux sont attachants.

Deux ou trois fois, j'ai trouvé que l'auteur s'était offert quelques facilités d'écriture, mais cela ne m'a pas trop gênée.

Un livre agréable pour voyager, apprendre.


vendredi 9 juin 2017

"Bonaparte et la machine infernale" de Hubert Prolongeau

"Bonaparte et la machine infernale" de Hubert Prolongeau est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "Bonaparte et la machine infernale"
Auteur : Hubert Prolongeau
Genre : Policier, roman historique
Editeur : J'ai Lu
Parution : 2016 / 315 pages
ISBN : 978-2290106518


Ce qu'en dit l'éditeur : Qui en veut à la vie du Premier consul ? Les Jacobins ? Les royalistes ? Tous, peut-être... En renversant la Constitution de l'an III par le coup d'Etat du 18 brumaire, Bonaparte s'est fait beaucoup d'ennemis. Pour déjouer leurs complots, il ne peut compter que sur deux hommes, le très fourbe ministre de la Police, Fouché, et son enquêteur personnel, Sébastien Cronberg. La mission de Sébastien le mènera du Paris décadent du consulat aux brumes de la capitale anglaise où il rejoindra la société des aristocrates émigrés. Là, entre des exilés fameux comme le vicomte de Chateaubriand et des conspirateurs enflammés par le redoutable Cadoudal, il infiltrera le groupe des tueurs pour essayer d'empêcher que n'explose la machine infernale qui menace le nouveau dictateur. Arrivera-t-il à temps ?


Avis : La couverture a le mérite de nous mettre directement dans l'époque. Même si je savais que nous allions suivre l'enquête de Sébastien Cronberg, je pensais que Bonaparte serait plus présent au vu de la couverture. Il n'en est rien et nous ne le rencontrons que ponctuellement.

J'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire à cause de débuts laborieux du fait d'une trop grande référence à la précédente aventure de Sébastien Cronberg. Je pense que si je l'avais lue, cela ne m'aurait nullement gênée.
Une fois cela passé, l'histoire se lit toute seule. Le personnage principal peut être attachant par certains côtés (mais d'autres m'horripilent). Toute l'intrigue est rondement menée jusqu'au dénouement final.

Un policier qui fait passer un bon moment.


mardi 6 juin 2017

"Les yeux de Lénine" de Gérard Streiff

"Les yeux de Lénine" de Gérard Streiff est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "Les yeux de Lénine"
Auteur : Gérard Streiff
Genre : thriller
Editeur : Le passage éditions
Parution : 2005 / 195 pages
ISBN : 978-2847420715


Ce qu'en dit l'éditeur : L'archiviste Alain Molinier est retrouvé mort à son bureau. Il était connu pour être la mémoire russe de Paris. Laure Grangier hérite de ses papiers. Tous deux avaient travaillé à Moscou, du temps de Gorbatchev. Ils avaient eu une romance puis s'étaient perdus de vue. Laure va mettre ses pas dans ceux d'Alain et revisiter leur passé soviétique. Dans ce va-et-vient entre Paris d'aujourd'hui et Moscou d'hier, affairistes, popes, nostalgiques déjantés et maîtres chanteurs forment un carrousel tragi-comique. Il y est question de la piscine de Staline, de l'appart de Lénine, sans oublier un cabinet érotique secret et un musée dans le désert, une photo taboue et une campagne anti-alcool. Une vraie salade russe. Mais, comme dirait Laure,
Nitchevo !


Avis : Le livre en tant qu'objet m'a tout d'abord interpelé. La couverture est épaisse, ce qui n'est pas courant et donne une prise en main particulière à laquelle il m'a fallu quelques temps pour m'adapter.

Tout au long de l'histoire, des chapitres du passé s'intercalent dans ceux du présent apportant la connaissance de l'intrigue.
Le livre se lit rapidement, peut-être est-ce pour cela que je n'ai pas eu le temps de m'attacher totalement aux personnages principaux.

Un policier qui fait passer un bon moment.


vendredi 2 juin 2017

"Block 46" de Johana Gustawsson

"Block 46" de Johana Gustawsson est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***


Titre : "Block 46"
Auteur : Johana Gustawsson
Genre : roman policier, thriller
Editeur : Bragelonne - Milady
Parution : 2015 / 336 pages
ISBN : 978-2352949091


Ce qu'en dit l'éditeur : Falkenberg. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d'une femme.
Londres. Profileuse de renom, Emily Roy enquête sur une série de meurtres d'enfants. Les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.
Etrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie...
En Suède, Emily retrouve Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, elles se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu'aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.
 

Avis : J'ai totalement été happée par l'histoire prenante du livre. Les chapitres alternent entre le présent et le passé.
Le présent avec ce, ces meurtres découverts.
Le passé avec le suivi d'un étudiant en médecine allemand, interné à Buchenwald.
De temps en temps (rarement) sont insérés des petits chapitres en italique. On imagine aisément qu'il s'agit du tueur.

Les liens entre le passé et le futur finissent par apparaître et sont bien amenés.
Les atrocités des camps se mêlent à celles du tueur.
Tout devient clair en fermant le livre.

Un livre qui vous tient en haleine.


mardi 30 mai 2017

"L'affaire Léon Sadorski" de Romain Slocombe

"L'affaire Léon Sadorski" de Romain Slocombe est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "L'affaire Léon Sadorski"
Auteur : Romain Slocombe
Genre : Policier, roman historique
Editeur : Robert Laffont
Parution : 2016 / 512 pages
ISBN : 978-2221187777


Ce qu'en dit l'éditeur : Avril 1942. Au sortir d'un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l'Occupation. Pétainiste et antisémite, l'inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d'un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d'intervenir contre les " terroristes ".
Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Le but des Allemands est d'en faire leur informateur au sein de la préfecture de police... De retour à Paris, il reçoit l'ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent double que la Gestapo soupçonne d'appartenir à un réseau antinazi.


Avis : L'atmosphère est bien décrite, le lecteur est complètement plongé dans le Paris occupé. Même si tout est bien retranscrit, j'ai eu du mal avec l'histoire. Elle est intéressante mais ne m'a pas du tout tenu en haleine, comme je l'attendais d'un livre policier.

J'ai trouvé très intéressant d'avoir pour personnage principal, cet inspecteur pétainiste qui met un point d'honneur à avoir un bon quota de juifs emprisonnés. Cela peut amener une certaine réflexion sur les décisions de chacun à cette époque.

J'ai buté, de temps en temps, sur le style, trop télégraphique à mon goût.

Un policier au sujet très prometteur, mais qui ne les a pas toutes tenues.


vendredi 26 mai 2017

"Soul of London" de Gaëlle Perrin-Guillet

"Soul of London" de Gaëlle Perrin-Guillet est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "Soul of London"
Auteur : Gaëlle Perrin-Guillet
Genre : Policier, roman historique
Editeur : Fleur Sauvage éditions
Parution : 2016 / 256 pages
ISBN : 979-1094428146


Ce qu'en dit l'éditeur : Londres, 1892. Un climat de peur.
Un flic qui boîte et un jeune orphelin.
Tous les deux face à un meurtre...
... dont il ne fallait plus parler.

Jouant avec un côté "Sidekick", Soul of London nous plonge dans une atmosphère londonienne fort bien documentée. Ce nouveau thriller se révèle être aussi distrayant qu'angoissant.


Avis : La couverture m'a, d'emblée, plu, attirée.
Le personnage principal du policier est attachant du fait de sa droiture d'esprit, face à des collègues jouant plus des muscles que de la réflexion. Il est très bien secondé par son acolyte Billy.

L'histoire est classique et le lecteur est emporté dans le Londres de l'époque victorienne.

Un policier qui fait passer un bon moment.


mardi 23 mai 2017

"Le verrou" de Lætitia Kermel

"Le verrou" de Lætitia Kermel est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "Le verrou"
Auteur : Lætitia Kermel
Genre : Policier
Éditeur : Editions Fragance
Parution : 2014 / 360 pages
ISBN : 978-2371410008


Ce qu'en dit l'éditeur : Chancelle est tatoueuse. Sa vie bascule le jour où un client lui fait une étrange demande... Traquée par une dangereuse société secrète, contrainte de trouver la clé d'une énigme séculaire, elle va - sans le savoir - remonter le cours de sa propre histoire.

Da Vinci Code à la française, le verrou est un thriller historique qui déroule son intrigue autour d'une œuvre d'art authentique et de la vie intime du roi Louis XV.



Avis : L'énigme tourne autour du tableau de Fragonard, le verrou. Il est intéressant de l'avoir en couverture, cela permet de s'y référer facilement lorsqu'il en est question dans le livre.
Les personnages principaux sont bien campés, même si je n'ai pas ressenti d'affection particulière pour l'héroïne.
L'intrigue ne m'a pas convaincu, mais il est agréable de suivre les divers rebondissements (et il y en a !)

Un policier divertissant et qui nous en apprend sur une œuvre d'art.


vendredi 19 mai 2017

"Templiers.com" d'Antoine Blocier

"Templiers.com" d'Antoine Blocier est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "Templiers.com"
Auteur : Antoine Blocier
Genre : Policier
Editeur : Edition du bout de la rue
Parution : 2014 / 178 pages
ISBN : 979-10-91176-69-9


Ce qu'en dit l'éditeur : L’ordre du Temple est officiellement mort il y a sept cents ans ; pourtant son fabuleux trésor est toujours objet de convoitise. Il n’a pas fini d’envahir les imaginaires contemporains.
Un jeune novice décapité, un archiviste de la Bibliothèque nationale pendu, un promeneur poignardé, un DJ assommé, un patron de bar gay torturé… Et toujours cette enveloppe énigmatique sur le lieu des agressions ! Le meurtrier punirait-il les victimes en vertu des neuf pénalités qu’il est possible d’infliger aux Templiers pris en faute ?

L’Ordre des Templiers n’a pas fini d’exciter l’imagination des romanciers.
Antoine Blocier s’y consacre à son tour dans ce roman saignant.


Avis : Les templiers ont inspiré maints et maints livres. Celui-ci pourrait en être un de plus si la chute ne le distinguait pas. Mais là, il ne faut pas compter sur moi pour vous la révéler.

Les trois personnages principaux sont typiques et attachants : la jeune et jolie rousse, le vieux bourru et le jeune homo.
Le lecteur peut se laisser prendre au jeu de l'intrigue.

Un policier divertissant.


mardi 16 mai 2017

"De Gaulle, Van Gogh, ma femme et moi" de Jean-Jacques Reboux

"De Gaulle, Van Gogh, ma femme et moi" de Jean-Jacques Reboux est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "De Gaulle, Van Gogh, ma femme et moi"
Auteur : Jean-Jacques Reboux
Genre : Policier
Éditeur : Après la lune
Parution : 2006 / 316 pages
ISBN : 978-2352270232


Ce qu'en dit l'éditeur : Il faut que cette photo fasse le tour du monde, mes amis ! Le monde entier doit savoir que sans Vincent Van Gogh, le général de Gaulle n'aurait été qu'un insignifiant moucheron sur le pare-brise de la Création... Ou pachou pachou paya ! Nous avons levé ce qu'il restait de nos verres à la géniale harangue d'un Philippe Sollex porté par la grâce. - Ou pachou pachou paya ! C'est à ce moment-là que les loufiats de la Closerie des Lilas, excédés, nous ont foutus dehors, Sollex, sainte Cathy la partouzeuse, l'écrivain dépressif au regard de poisson mort - un dénommé Michel Welbeck -, Chavanel, le petit Grudé et moi, Bernard Maresquier, gaulliste retraité de la chaussure, obsédé par les chevilles des femmes et le souvenir ému de tante Yvonne. Dans deux jours, Vincent Van Gogh va mourir. Dans quatre mois, Charles de Gaulle va naître. Mais ils vont se rencontrer.



Avis : Le sujet est original, même si je l'ai trouvé, par moments, tiré par les cheveux.
Le personnage principal, Bernard Maresquier, est attachant et il est agréable de suivre ses aventures.
Certains rebondissements surprennent, d'autres moins.

Le style utilisé est totalement familier. en témoigne cette phrase : "Ceux qui avaient réchappé au clebs avaient fini dans le congélo des voisins, trop contents de trouver au pied de leur nain de jardin de quoi nourrir la belle-doche du dimanche."

Un livre original.


vendredi 12 mai 2017

"Les corbeaux de la mi-automne" de Tran-Nhut

"Les corbeaux de la mi-automne" de Tran-Nhut est un des dix livres à lire pour le jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar auquel je participe cette année.

***

Titre : "Les corbeaux de la mi-automne"
Auteur : Tran-Nhut
Genre : Policier, roman historique
Editeur : Editions Philippe Picquier
Parution : 2014 / 492 pages
ISBN : 978-2809710151


Ce qu'en dit l'éditeur : Sous la pleine lune de la Mi-Automne, l'Archer céleste, le génie des Eaux et le lapin apothicaire reviennent fouler la terre des hommes et jouer avec leurs destins. A peine les derniers lampions de la fête éteints, des moines en colère dénoncent la vicieuse dégradation de leurs lieux de culte et de leurs lieux d'aisance, alors que le mandarin Tân s'active à élucider plusieurs morts suspectes, et qu'une femme au charme irrésistible sème la zizanie dans la bourgade.

Entre-temps, espions et aventuriers sillonnent la campagne, ravivant les tensions immémoriales entre le Dai-Viêt et son puissant voisin, l'Empire du Milieu. Des alliances décisives se nouent devant la menace d'une guerre civile : sommé de se rallier au pouvoir corrompu du Nord ou au seigneur félon du Sud, le mandarin Tân doit enfin faire son choix.

Dans cette huitième enquête du mandarin Tân, Thanh-Van Tran-Nhut fait la part belle aux mythes d'Asie, peuplés d'Immortels et de génies, tout en évoquant la longue et tumultueuse histoire qui lie le Viêt-Nam à la Chine.


Avis : Le lecteur est rapidement dépaysé. La fête de la mi-automne nous plonge dans les coutumes de l'époque.
Je dois avouer que j'ai eu du mal à suivre les petites parties historiques explicatives car je ne reconnaissais aucun nom et il était difficile de m'y retrouver.
Heureusement, les noms des personnages principaux sont facile à retenir.

Durant tout le livre, je me suis demandée si les différentes énigmes étaient liées ou non et j'ai obtenu la réponse à la fin.

Un policier divertissant.


mardi 9 mai 2017

"Entre ciel et terre" de Jón Kalman Stefánsson

Pour notre rendez-vous du mois de mai, ma libraire, organisatrice du club de lecture, nous a proposé de partir en Islande avec "Entre ciel et terre" de Jón Kalman Stefánsson.

***



***

Titre : "Entre ciel et terre"
Auteur : Jón Kalman Stefánsson
Traducteur : Eric Boury
Genre : récit
Editeur : Folio
Parution : 2011 / 272 pages
ISBN : 978-2070440511


Ce qu'en dit l'éditeur : "Certains mots sont probablement aptes à changer le monde, ils ont le pouvoir de nous consoler et de sécher nos larmes. Certains mots sont des balles de fusil, d’autres des notes de violon. Certains sont capables de faire fondre la glace qui nous enserre le cœur et il est même possible de les dépêcher comme des cohortes de sauveteurs quand les jours sont contraires". Parfois à cause des mots, on meurt de froid. Comme pour Barour, pêcheur à la morue islandais, il y a un siècle. Trop occupé à retenir des vers du Paradis Perdu de Milton, il oublie sa vareuse en partant en mer. De retour sur la terre ferme, son meilleur ami entame un périlleux voyage pour rendre à son propriétaire le livre funeste. Pour savoir aussi s’il veut continuer à vivre. Entre ciel et terre, d’une force hypnotique, nous offre une de ces lectures trop rares dont on ne sort pas indemne.


Avis : Avec ce livre, nous intégrons le monde dur et sans pitié des pêcheurs d'Islande. Nous ressentons les éléments contre lesquels ils doivent se battre. Mais pas seulement.

L'histoire part d'un livre de poésie et je trouve que la poésie est mise à l'honneur. Je me suis retrouvée à lire plusieurs fois certaines phrases afin de bien les savourer. En voici quelques-unes :
"Les sanglots naissent quand les mots ne sont plus que des pierres inutiles."
En parlant d'un suicide : "... et de s'introduire par effraction dans le monde des morts".
"Les rêves nous libèrent parfois des amarres de la vie."
"Les mots sont des flèches, des balles de fusil, des oiseaux légendaires lancés à la poursuite des héros, les mots sont des poissons immémoriaux qui découvrent un secret terrifiant au fond de l'abîme, ils sont un filet assez ample pour attraper le monde et embrasser les cieux, mais parfois, ils ne sont rien, des guenilles usées, transpercées par le froid, des forteresses caduques que la mort et le malheur piétinent sans effort."

Un livre à savourer.


mardi 2 mai 2017

"Trois gouttes de sang grenat" d'Hélène Legrais

Cette année, j'ai l'honneur de participer au jury de la 14ème édition du Prix marseillais du polar. Pour l'occasion, nous avons 10 livres à lire. "Trois gouttes de sang grenat", d'Hélène Legrais en fait partie.

***



***

Titre : "Trois gouttes de sang grenat"
Auteur : Hélène Legrais
Genre : policier, roman historique
Editeur : Calmann Lévy
Parution : 2016 / 352 pages
ISBN : 978-2702158920


Ce qu'en dit l'éditeur : Auguste Laborde hérite de la boutique de joaillerie de son père mort prématurément. Marié contre son gré par sa mère à une femme qui l’indiffère, il se réfugie dans son unique passion, l’orfèvrerie, et en particulier le travail du grenat, spécialité de la ville de Perpignan. Sa vie prend un tour inattendu quand il découvre qu’une porte séparant son atelier de l’immeuble voisin donne sur les salons d’une maison close. Par une fente entre les lattes de bois, il dispose d’un point de vue imprenable sur l’activité de l’établissement… Jusqu’au jour où il assiste, impuissant, au meurtre d’une pensionnaire. L’enquête de la police restant au point mort, Auguste décide de partir lui-même à la recherche de l’assassin. Il n’a pu voir son visage, seulement ses mains et ses poignets. D’indice en indice, ses investigations l’entraînent dans les cercles les plus huppés de la capitale roussillonnaise…


Avis : J'aime beaucoup la couverture qui m'a de suite transportée sous la IIIe République.
Le personnage d'Auguste est vraiment attachant et il est très agréable de suivre son évolution tout au long de l'histoire.
Je m'imaginais que le meurtre arriverait plus tôt, mais il ne se produit que vers le milieu du livre. Auparavant, nous évoluons et découvrons le monde d'Auguste, joaillier de Perpignan.
La fin m'a totalement prise au dépourvu. A tel point, que je n'arrive pas à savoir si je l'ai appréciée ou pas. Si vous avez lu le livre, je veux bien connaître votre avis.

Le livre se lit tout seul, et tout en nous plongeant dans l'Histoire.


mardi 25 avril 2017

"Le vieux qui voulait tuer le président" de Céline Barré

Je remercie Céline Barré de m'avoir transmis son dernier livre "Le vieux qui voulait tuer le président", troisième tome des farfelus.

***



***


Titre : "Le vieux qui voulait tuer le président"
Auteur : Céline Barré
Genre : Humour, humour noir
Editeur : Indépendant
Parution : 2017 / 278 pages
ISBN : 978-2955315330


Ce qu'en dit l'éditeur : Théodore de La Morne, 71 ans décide de se rendre à Marseille afin d’y tuer le président français, Francis Ollanzi; personnage outrancier et égoïste, qui vient d’être réélu. Il souhaite commettre son crime lors de l’inauguration du musée du coquillage. Il doit trouver un chauffeur ainsi qu’un tueur pour l’aider dans cette entreprise saugrenue. Son hygiène de vie, en rupture avec le bon sens, ne va-t-elle pas constituer un frein à cette ambition qui vire à l’obsession ? Théodore porte en lui un lourd secret qui va changer la donne. Suivez Théodore du Cotentin jusqu’au sud de la France dans des aventures loufoques et tendres au dénouement inattendu. Un vrai roman feelgood qui porte des valeurs d'amour, d'amitié et de solidarité sur un fond loufoque. Un ouvrage vecteur d'espoir : quand tout semble désespéré, la vie peut encore nous réserver de bonnes surprises.
 

Avis : J'ai tout d'abord été très étonnée de la couverture. Étonnée de cette coupure avec les deux autres tomes des farfelus. Finalement, je trouve qu'elle s'accorde bien avec le livre.

Comme dans les autres, je me suis allégrement laissée emportée par les personnages. En plus, je les connaissais et les ai retrouvés avec plaisir.
Le contexte est toujours aussi loufoque, le lecteur s'amuse. Pourtant, le livre ne se limite pas à son côté "bonne humeur". Je ne vous en dis pas trop, l'histoire est à découvrir par soi-même !

Des trois farfelus, c'est celui qui m'a le plus touchée. C'est celui que j'ai le plus apprécié. Peut-être du fait de sa note humaniste ?

Un livre à saisir pour passer un bon moment.


mardi 18 avril 2017

"L'amour, la fantasia" d'Assia Djebar

Le temps file et une nouvelle fois, le club de lecture a eu lieu. Ce mois-ci, ma libraire nous a proposé de lire "L'amour, la fantasia" d'Assia Djebar.

***



***

Titre : "L'amour, la fantasia"
Auteur : Assia Djebar
Genre : récit, roman historique
Editeur : Le livre de poche
Parution : 2001 / 320 pages
ISBN : 978-2253151272


Ce qu'en dit l'éditeur : Nous glissons du passé lointain au passé proche, de la troisième personne à la première ; extraordinaire évocation du père, instituteur de français, de la mère, des cousines, des femmes cloîtrées vives et dont le cri et l'amour nous poursuivent.
Assia Djebar, sans conteste la plus grande romancière du Maghreb, nous donne ici son œuvre la plus aboutie.


Avis : Ce fut une lecture très particulière.

Les différentes histoires s'entremêlent les unes les autres. J'avoue m'y être perdue de temps en temps. Je ne savais pas si l'histoire contée dans tel chapitre était celle d'une femme ou celle de la narratrice. Toutes ces tranches de vie donnent un bel aperçu de la condition féminine et de la place de la femme dans la société algérienne.

A cela s'ajoutent les récits de la colonisation du pays par la France. Tout un pan d"histoire non étudié en classe (ou survolé, juste cité), j'ai donc appris beaucoup.
La narratrice m'a émue avec l'enfumage des grottes de Nacmaria (quelle horreur).

Durant tout le livre, la narratrice expose, sans jamais prendre parti.

Une lecture enrichissante, intéressante et pourtant très dure.


mardi 11 avril 2017

"Mörk" de Ragnar Jónasson

Voici un policier offert pour mon anniversaire. Recevoir un livre fait toujours plaisir.

***



***


Titre : "Mörk"
Auteur : Ragnar Jónasson
Traducteur :  Philippe Reilly
Genre : Policier
Editeur : La Martinière
Parution : 2017 / 336 pages
ISBN : 978-2732480442


Ce qu'en dit l'éditeur : À Siglufjördur, à l'approche de l'hiver, le soleil disparaît derrière les montagnes pour ne réapparaître que deux mois plus tard. Ce village perdu du nord de l'Islande plonge alors dans une obscurité totale...
Le jeune policier Ari Thór veille sur la petite communauté sans histoires. Mais son collègue, l'inspecteur Herjólfur, est assassiné alors qu'il enquêtait aux abords d'une vieille maison abandonnée. L'illusion d'innocence tombe. Tous les habitants n'avaient-ils pas, au fond, une bonne raison de semer le chaos ? Elín, qui fuit un passé violent. Gunnar, maire du village, qui cache d'étranges secrets... Pour reconstituer le puzzle, il faudra aussi écouter cette voix qui murmure, enfermée derrière les cloisons d'un hôpital psychiatrique, et qui tient peut-être la clé de l'énigme.

C'est l'agent d'Henning Mankell qui a découvert Ragnar Jónasson et vendu les droits de ses livres dans quinze pays. Né à Reykjavik, Jónasson a traduit plusieurs des romans d'Agatha Christie en islandais, avant d'écrire ses propres enquêtes. Sa famille est originaire de Siglufjördur. Mörk a été élu "Meilleur polar de l'année 2016" selon le SundayExpress et le Daily Express, et a reçu le Dead Good Reader Award en Angleterre.
 

Avis : Je trouve que la couverture s'associe bien à un roman policier islandais. Le nom de l'auteur et le titre sont pour moi difficilement prononçables et ajoutent une note exotique à l'ensemble.

L'histoire nous prend très rapidement et le livre se lit vite. Les chapitres narratifs sont séparés par des extrait d'un journal intime. Nous découvrons son auteur seulement vers la fin et cela donne un éclairage supplémentaire à l'affaire.

Un livre pour passer un bon moment dans l'hiver islandais.